Dans la presse

« Faire du vin dans les pays nordiques, une gageure qui profite de la hausse des températures » titre le Figaro Vin du 28 septembre sur son site avis-vin.lefigaro.fr. Dans la province de Scanie en Suède méridionale, Murre Sofrakis possède un vignoble de quelque deux hectares. Il est l’un des plus grands producteurs de vin du pays (…) en Suède, seulement 100 hectares sont consacrés à la culture de la vigne, contre 750.000 en France. Les vignes nordiques donnent majoritairement un vin blanc produit à partir de la Solaris, un cépage hybride allemand dur au froid et adapté au climat scandinave où la période de maturation des raisins est courte. Pour Sveneric Svensson, président de l’Association viticole suédoise, la tendance au développement de la viticulture dans la région ne s’explique « pas par le changement climatique, mais par le développement de nouveaux cépages qui ont besoin de moins de chaleur ». Le thermomètre qui grimpe présente pourtant des avantages, permettant d’augmenter les rendements (…) Particulièrement chaud, l’été 2018 a donné un cru exceptionnellement important. En Suède, une trentaine de vignerons commercialisent leur production. Chez le voisin danois, ils sont une petite centaine.

Dans la presse

« Les droits de douane sur le vin sont fixés au niveau européen » et non français, a rappelé Jean-Marie Barrillère, président du Comité national des interprofessions des vins à appellation d’origine et indication géographique dans Le Figaro Économie du 11 juin.  L’éventualité de nouvelles taxes américaines à l’importation sur le vin français est avant tout un « problème européen », a relevé Jean-Marie Barillère qui s’est dit « très surpris » par les propos la veille du président américain Donald Trump menaçant d’ouvrir un nouveau front commercial spécifiquement contre le vin français.

La nouvelle bataille des cépages résistants titre Les Echos week-end du 13 mai

Selon l’Inra, ces nouveaux cépages permettraient de diminuer de 75% les intrants chimiques. Cependant, une nouvelle polémique agite le monde du vin car dans le déploiement de variétés hybrides résistantes aux maladies de la vigne comme le mildiou, certains y voient une piste prometteuse ; d’autres, plus nombreux, une atteinte profonde au patrimoine des AOC.

Dans la presse

Le producteur de tomates Savéol s’agrandit titre les Echos du 27/02/2019
Le groupe coopératif investit 14 millions d’euros pour son centre de conditionnement, poursuit le quotidien qui précise que, « classé au premier rang en France de la production de tomates, le groupe coopératif Savéol compense les départs à la retraite de ses producteurs grâce à l’arrivée de jeunes maraîchers. « Un à deux quittent la profession chaque année, mais trois à quatre jeunes s’installent », indique Pierre-Yves Jestin, le président de Savéol, qui regroupe près de 130 adhérents. ».

Toujours dans Les Echos, l’édition du 05/03/2019 annonce Vilmorin confiant face aux nouveaux géants. Pour le quotidien, le semencier français pense tirer parti de la consolidation de l’industrie agrochimique. Et il maintient ses prévisions de croissance pour 2018-2019.

Dans la presse

« Être ou ne pas être bio ? » titre l’éditorial du cahier du « Monde » du 25/01/2019 distribué à l’occasion du salon Millésime Bio à Montpellier. En dix questions, le quotidien répond à celle que se posent un grand nombre de vignerons qui veulent passer à l’agriculture biologique, ou pas. Le cahier poursuit sur « la fascination chinoise pour le vignoble bordelais avec 150 châteaux achetés en moins de dix ans, suscitant des inquiétudes ». Le Monde termine son dossier par l’interview de Dany Laferrière. L’écrivain canadien d’origine haïtienne « a d’abord découvert le rhum avant de s’ouvrir au « monde magique du vin. Sans souci des étiquettes ».

Produits phytosanitaires de synthèse ou pas ? L’interprofession des vins de Bordeaux a fait le bilan de deux années d’engagements pour éliminer l’usage des pesticides, mais les ONG restent très circonspectes et déplorent l’absence d’objectif chiffré de réduction de ces substances chimiques selon Les Echos du 30/01/2019. Dans l’article du quotidien titré « Pesticides : les vignerons bordelais s’activent pour montrer patte blanche », le président du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux dit que son organisation travaille d’arrache-pied à la réduction des phytosanitaires chimiques de synthèse et espère un jour les éliminer.

Dans la presse

« Les aides aux agriculteurs suscitent un bras de fer entre l’État et les régions » écrit Les Echos dans son édition du vendredi 14 et samedi 15 décembre 2018.
La décentralisation de la gestion des aides aux agriculteurs oppose les régions et l’Etat. Le 13 novembre, le président de Régions de France, Hervé Morin, et le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ont étalé leurs différends, à fleuret moucheté, lors d’un colloque sur le sujet à Bordeaux.