À la Une

MedFEL 2020 : Arnaud Montebourg en grand témoin
Après l’annonce de la présence de Serge Papin comme grand témoin de la première journée de la prochaine édition de MedFEL, le rendez-vous international de la filière fruits et légumes en France, qui a lieu les 22 et 23 avril 2020, au Parc des expositions de Perpignan, a annoncé la présence d’Arnaud Montebourg comme grand témoin de la deuxième journée. L’ancien ministre, aujourd’hui entrepreneur, échangera sur ses projets et ses expériences de Président de la Compagnie des Amandes, co-fondateur de la marque de miel de repeuplement Bleu Blanc Ruche et co-fondateur de la marque équitable de crèmes glacées La Mémère.
MedFEL est porté par la Région Occitanie/Pyrénées Méditerranée et organisé par l’Agence AD’OCC et SPAS organisation.
www.medfel.com

Pac : le futur régime doit être amélioré selon les coopératives f&l
Les fédérations de coopératives de fruits et légumes de 7 Etats Membres dont la France, l’Espagne, l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, la Pologne et le Portugal, se sont réunies à Fruit Logistica (Berlin). Si elles sont satisfaites de la proposition de l’UE de maintenir au cours de 2020 un système d’aide communautaire basé sur l’organisation de producteurs et leurs programmes opérationnels pour aider les producteurs de fruits et légumes à faire face aux défis et aux opportunités, elles estiment en revanche que le futur régime envisagé dans la nouvelle PAC doit être amélioré. De fait, elles ont déposé des propositions qui ont été envoyées fin janvier à la Commission européenne, aux députés européens, à la présidence du Conseil et aux ministères des 7 pays concernés.

À la une

MedFEL 2020 : Serge Papin en Grand témoin
La prochaine édition de MedFEL, le rendez-vous international de la filière fruits et légumes en France se déroulera les 22 et 23 avril 2020 au Parc des expositions de Perpignan. Porté par la Région Occitanie/Pyrénées Méditerranée et organisé par l’Agence AD’OCC et SPAS organisation, cette nouvelle édition s’inscrit dans les nouvelles tendances de consommation et les démarches engagées.
Zéro résidu, zéro gâchis, économie circulaire, acteurs engagés sont les clés de la réussite pour la filière, depuis l’amont jusqu’à la distribution. Le MedFEL décrypte ces mouvements de fond, rassemble des exposants impliqués dans ces démarches et recentre son contenu autour de ces thématiques prégnantes.
Dans le cadre des débats où les acteurs de la filière viennent à la source de l’information, pour s’inspirer et échanger, Serge Papin, ancien président-directeur général du groupement coopératif Système U, à l’origine du manifeste « Osons Demain, pour la transition écologique des entreprises », sera Grand Témoin de la 1ère journée de cette édition.

www.medfel.com

La valeur de la production agricole a diminué de 2 % en 2019
L’Insee a publié ce 17 décembre les comptes prévisionnels de la branche agricole. En 2019, la contribution de l’agriculture au PIB français est en recul de 5,9 %, et la valeur de la production agricole a diminué de 2 %, un repli principalement lié à la baisse de la production viticole, et au recul des cours des céréales.

À la Une

La filière quitte la séance du Conseil Spécialisé Vin de FranceAgriMer
Les membres du Conseil Spécialisé Vin de FranceAgriMer ont quitté la séance du 16 octobre afin d’exprimer, au nom de leurs Organisations et de leurs collègues, leur incompréhension devant l’absence de considération des pouvoirs publics, qui conduit la filière dans une impasse. « Depuis quelques semaines, la pression économique sur la filière s’est accélérée. L’export est de plus en plus perturbé : Chine, Hong – Kong, Brexit sans parler des récentes sanctions USA, dans lesquelles la Filière Vin se trouve prise en otage. Tout ceci va impacter lourdement la Filière Vin. C’est notre compétitivité à tous qui est mise en cause. Elle l’est d’autant plus que, dans le même temps, nos principaux concurrents ne connaissent pas ces mêmes difficultés », ont-ils déclaré dans un communiqué de presse.
Les représentants des organisations insistent sur l’acharnement médiatique à l’encontre de l’agriculture et de la viticulture en particulier, sans soutien des pouvoirs publics. (…) « Ce contexte rend d’autant plus incompréhensible et inacceptable la non consommation de l’enveloppe des aides de l’OCM vin cette année (…) ces mesures, qui doivent être un outil de compétitivité et d’adaptation, précisent-ils. Nous alertons depuis des mois, voire des années, sur les difficultés liées aux aides de l’OCM vin, avec pour seule réponse, la déconsidération des exploitations et des entreprises de la part des pouvoirs publics. (…) dès à présent nous demandons un audit indépendant du programme d’aide de l’OCM vin et que le Ministre de l’Agriculture reçoive la filière dans les meilleurs délais (…) ».

MedFEL 2020, le salon business
La prochaine édition de medFEL, le rendez-vous international de la filière fruits et légumes en France se déroulera les 22 et 23 avril 2020 au Parc des expositions de Perpignan. Porté par la Région Occitanie/Pyrénées Méditerranée et organisé par l’Agence AD’OCC et SPAS organisation, la prochaine édition attend 250 exposants et 6 000 visiteurs sur 2 jours pour dresser un panorama complet du marché. Avec son nouveau format concentré sur 2 jours, medFEL 2020 se positionne comme un salon business, compact, efficace et orienté sourcing. Identifier les besoins pour chaque filière, prendre en compte les attentes consommateurs et les enjeux environnementaux sont les fondations structurantes de cette nouvelle édition.

Inra+Irstea = Inrae
Le dérèglement climatique, l’érosion de la biodiversité, la dégradation des milieux (sols, air, eaux), les pollutions, l’épuisement des ressources fossiles, l’aggravation de la malnutrition, etc., sont des défis qui rendent nécessaires les transformations profondes de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement.
C’est dans l’objectif d’accompagner ces transitions par une recherche d’excellence, au service de la production de connaissances, de l’innovation, de l’enseignement et de l’appui aux politiques publiques, que l’INRA et IRSTEA fusionnent pour devenir l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). L’INRAE verra le jour le 1er janvier 2020 et souhaite se positionner d’ores et déjà comme un leader mondial dans les sciences agricoles, de l’animal, du végétal et de l’alimentation, et également un acteur majeur des sciences de l’environnement.

À la une

Nombreux dégâts sur vigne et arbres fruitiers suite à la canicule
Des vignes ont été brûlées dans l’Hérault, le Gard, l’Aude, le Roussillon, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse suite à l’épisode caniculaire du 28 juin. Cet épisode de canicule a provoqué également de nombreux dégâts sur arbres fruitiers. Des vignes ont complètement grillé et des vignerons ont même perdu jusqu’à 50% de leur production.

La grêle ampute la production d’abricots en Rhône-Alpes
L’orage du 15 juin dernier qui s’est abattu en Rhône-Alpes, venant d’Ardèche, qui a traversé la vallée du Rhône et le Nord de la Drôme en Est pour remonter par la vallée de l’Isère, a provoqué de gros dégâts (grêlons de très grosse taille), notamment dans les vergers d’abricotiers et de pêchers. L’AOP pêches et abricots de France annonce des pertes estimées à 13 000 tonnes d’abricots et 3 000 tonnes de pêches sur les 16 entreprises du collectif touchées. Dans cette zone de production d’abricots considérée comme une des plus importante en France, le potentiel détruit serait de près de 25 %, soit 16 % du potentiel national de l’AOP.

Prévisions européennes de récolte de pêches et nectarines à la hausse
C’est avec un volume d’un peu plus de 3 millions de tonnes que les quatre principaux pays producteurs européens ont abordé cette nouvelle campagne de pêches, pêches plates et nectarines. Une production européenne qui est en hausse de 10% par rapport à 2018 et de + 2% par rapport à la moyenne 2013/2017. L’Espagne (1,3Mt), l’Italie (1,2MT) et la France (210 000t) prévoient une hausse de leur récolte, respectivement de + 12 %, + 13 % et + 17% par rapport à la campagne 2018. Seule la Grèce a annoncé une prévision de récolte 2019 de pêches, pêches plates et nectarines légèrement en recul par rapport à l’année dernière, avec – 7% de volumes. Sur le segment des pêches plates, l’Espagne poursuit son développement avec une prévision supérieure de 12 % par rapport à 2018 et de + 18 % par rapport à la moyenne 2013/2017.

Il y aura moins de poires en Europe en 2019
La production européenne qui s’élevait à 2,370 millions de tonnes en 2018 sera moins importante cette année selon les sources communiquées à Interpera. Les premières prévisions pour la France annoncent 126 000 tonnes (-5,97 % par rapport à 2018 – 134 000 tonnes). La baisse concerne toutes les variétés. Le Portugal serait en légère hausse avec 162 000 tonnes (+2,4 %). Cependant ces prévisions pourraient être revues à la baisse pour arriver à un volume identique à 2018. L’Espagne et l’Italie n’ont pas encore établi de premières prévisions. Mais tout semble indiquer que la récolte devrait être en recul par rapport à 2018. L’Espagne (311 000 tonnes l’an dernier) a connu 11 épisodes de grêle sur ses régions de production, notamment en Catalogne. Les surfaces sont aussi en recul. Seule la région de Rioja annonce une production stable à 60 000 tonnes. L’Italie, 730 000 tonnes en 2018 (- 11 000 tonnes par rapport à la prévision) devrait aussi perdre des volumes car la tendance est à la baisse des surfaces. La Belgique n’est pas non plus en mesure de publier une estimation. Les Pays-Bas annoncent une prévision stable. Au final, il y aurait moins de poires en Europe en 2019. Pour l’hémisphère nord, les Etats-Unis annoncent aussi une production en recul : -8,3 % à 355 000 tonnes. En revanche, pour les pays de l’hémisphère sud (Argentine, Chili, Afrique du sud…) la récolte est annoncée en hausse de 2 % à 1,327 million de tonnes.
OM

Carnet : décès de Catherine Brunner

Une consoeur, une collaboratrice, une amie nous a quittée.
La journaliste Catherine Brunner est décédée le 25 mai dernier. Après un passage dans la presse agricole départementale (Vaucluse Agricole), elle deviendra correspondante pour le Sud-Est du groupe de presse ABC (Fld, Les Marchés, etc.). En 1998, elle contribua largement au lancement de Fld hebdo, une des seules à croire à ce projet, mettant au service des deux journalistes ‘Parisiens’ absolument ignorants de la filière fruits et légumes, son réseau, son très riche carnet d’adresses, sa connaissance du monde agricole et plus particulièrement celle de la filière fruits et légumes du Vaucluse et des Bouches du Rhône. C’est la marque des grands correspondants !

Elle fit aussi partie de l’aventure du Miffel à Cavaillon.

Catherine était une chasseuse de scoops. Elle mettait toujours son stylo là où ça fait mal, ce qui lui valut parfois quelques inimitiés, mais aussi la reconnaissance dans le métier, ce qui est la marque des professionnels.

Ces dernières années, elle avait fait un détour par la chasse (Le chasseur français, L’effort cynégétique du Vaucluse), par curiosité, et aussi parce-que la condition de pigiste était devenue difficile. Elle était devenue incollable sur la vie et les mœurs du singularis porcus en Camargue.

Parallèlement à ses activités dans la chasse, Catherine était devenue correspondante locale pour La Provence. Cela se passait bien, elle venait de se voir confier des secteurs supplémentaires. Catherine, qui préparait sa retraite, fonctionnait beaucoup à l’affect, au coup de cœur. Un coup de téléphone nous rapprochait de temps en temps pour « faire la palabre ».

Au-delà de la consoeur, c’est une amie qui nous manque déjà. « Il pleut et ça me met de mauvaise humeur », disait-elle. Nous avons l’humeur pluvieuse depuis qu’elle est partie.

OM & MB