Accueil Niouzes de Bruxelles Niouzes de Bruxelles

Niouzes de Bruxelles

Huit produits génétiquement modifiés destinés à l’alimentation humaine et animale
La Commission a autorisé huit organismes génétiquement modifiés (OGM) pour l’alimentation humaine et animale (maïs MZHG0JG, maïs MON 89034 x 1507 x NK603 x DAS-40278-9, maïs MON 89034 x 1507 x MON 88017 x 59122 x DAS-40278-9, maïs Bt11 x MIR162 x MIR604 x 1507 x 5307 x GA21, renouvellement du soja MON 89788 et du soja A2704-12, renouvellement du coton LLCotton25 et renouvellement du colza T45). Tous ces organismes génétiquement modifiés ont été soumis à une procédure complète d’autorisation, notamment une évaluation scientifique favorable rendue par l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Les autorisations délivrées ne permettent pas la culture des OGM concernés.

Les agriculteurs européens recevront 467 millions d’euros pour compléter les aides directes
La Commission européenne reversera 467 millions d’euros aux agriculteurs européens, montant initialement déduit des paiements directs pour 2019 afin de créer le fonds annuel pour les crises agricoles. Bien que le secteur agricole ait été confronté à des situations difficiles cette année, telles que des conditions climatiques extrêmes, il n’a pas été nécessaire de débloquer la réserve de crise pour soutenir les agriculteurs. Les mesures de soutien prises ont pu être financées par le budget disponible de la politique agricole commune (PAC). La somme mise de côté sera donc reversée aux agriculteurs à compter du 1er décembre 2019. Le principe d’un fonds de réserve pour les crises agricoles date de la réforme de la PAC de 2013.

L’Union européenne et la Chine sur le point de conclure un accord pour la protection des indications géographiques
Le 5 novembre dernier, Phil Hogan, commissaire pour l’agriculture, était en visite à Shanghai et à Pékin pour conclure un accord entre l’Union européenne (UE) et la Chine sur la protection des produits particuliers reconnus comme des indications géographiques (IG). L’accord bilatéral est destiné à protéger contre les imitations et les usurpations 100 IG européennes en Chine et 100 IG chinoises dans l’UE par le biais d’avantages commerciaux réciproques et d’une demande pour des produits de haute qualité de part et d’autre.

La Commission lance un observatoire du marché du vin
Lancé officiellement le 4 novembre, le nouvel observatoire du marché du vin permettra à ce secteur clé de l’agriculture européenne de bénéficier d’analyses à court terme et d’une plus grande transparence sur les prix, la production, et les échanges commerciaux. L’UE est le plus grand producteur de vins au monde avec 65 % de la production mondiale de vin, et 70 % des exportations. L’observatoire couvrira les vins rouges, blancs et rosés. Un conseil d’administration composé d’experts du marché se réunira de manière régulière, sur le même modèle que les autres observatoires déjà existants pour les secteurs du lait, de la viande, des céréales, des fruits et légumes, et du sucre.