Accueil À la une À la une

À la une

Nombreux dégâts sur vigne et arbres fruitiers suite à la canicule
Des vignes ont été brûlées dans l’Hérault, le Gard, l’Aude, le Roussillon, les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse suite à l’épisode caniculaire du 28 juin. Cet épisode de canicule a provoqué également de nombreux dégâts sur arbres fruitiers. Des vignes ont complètement grillé et des vignerons ont même perdu jusqu’à 50% de leur production.

La grêle ampute la production d’abricots en Rhône-Alpes
L’orage du 15 juin dernier qui s’est abattu en Rhône-Alpes, venant d’Ardèche, qui a traversé la vallée du Rhône et le Nord de la Drôme en Est pour remonter par la vallée de l’Isère, a provoqué de gros dégâts (grêlons de très grosse taille), notamment dans les vergers d’abricotiers et de pêchers. L’AOP pêches et abricots de France annonce des pertes estimées à 13 000 tonnes d’abricots et 3 000 tonnes de pêches sur les 16 entreprises du collectif touchées. Dans cette zone de production d’abricots considérée comme une des plus importante en France, le potentiel détruit serait de près de 25 %, soit 16 % du potentiel national de l’AOP.

Prévisions européennes de récolte de pêches et nectarines à la hausse
C’est avec un volume d’un peu plus de 3 millions de tonnes que les quatre principaux pays producteurs européens ont abordé cette nouvelle campagne de pêches, pêches plates et nectarines. Une production européenne qui est en hausse de 10% par rapport à 2018 et de + 2% par rapport à la moyenne 2013/2017. L’Espagne (1,3Mt), l’Italie (1,2MT) et la France (210 000t) prévoient une hausse de leur récolte, respectivement de + 12 %, + 13 % et + 17% par rapport à la campagne 2018. Seule la Grèce a annoncé une prévision de récolte 2019 de pêches, pêches plates et nectarines légèrement en recul par rapport à l’année dernière, avec – 7% de volumes. Sur le segment des pêches plates, l’Espagne poursuit son développement avec une prévision supérieure de 12 % par rapport à 2018 et de + 18 % par rapport à la moyenne 2013/2017.

Il y aura moins de poires en Europe en 2019
La production européenne qui s’élevait à 2,370 millions de tonnes en 2018 sera moins importante cette année selon les sources communiquées à Interpera. Les premières prévisions pour la France annoncent 126 000 tonnes (-5,97 % par rapport à 2018 – 134 000 tonnes). La baisse concerne toutes les variétés. Le Portugal serait en légère hausse avec 162 000 tonnes (+2,4 %). Cependant ces prévisions pourraient être revues à la baisse pour arriver à un volume identique à 2018. L’Espagne et l’Italie n’ont pas encore établi de premières prévisions. Mais tout semble indiquer que la récolte devrait être en recul par rapport à 2018. L’Espagne (311 000 tonnes l’an dernier) a connu 11 épisodes de grêle sur ses régions de production, notamment en Catalogne. Les surfaces sont aussi en recul. Seule la région de Rioja annonce une production stable à 60 000 tonnes. L’Italie, 730 000 tonnes en 2018 (- 11 000 tonnes par rapport à la prévision) devrait aussi perdre des volumes car la tendance est à la baisse des surfaces. La Belgique n’est pas non plus en mesure de publier une estimation. Les Pays-Bas annoncent une prévision stable. Au final, il y aurait moins de poires en Europe en 2019. Pour l’hémisphère nord, les Etats-Unis annoncent aussi une production en recul : -8,3 % à 355 000 tonnes. En revanche, pour les pays de l’hémisphère sud (Argentine, Chili, Afrique du sud…) la récolte est annoncée en hausse de 2 % à 1,327 million de tonnes.
OM