Accueil Niouzes de Bruxelles Niouzes de Bruxelles

Niouzes de Bruxelles

Les exportations en agroalimentaire de l’UE sont stables
Selon le dernier rapport mensuel sur le commerce agroalimentaire, les exportations de l’UE sont stables par rapport aux performances élevées de l’année passée.
Le montant s’élève à 136.6 milliards d’euros pour la période de 12 mois de septembre 2017 à août 2018. Des progrès importants ont été réalisés dans les exportations agroalimentaires à destination du Japon, de l’Ukraine, de la Russie, de Singapour et de la Turquie. Les États-Unis demeurent l’une des sources les plus importantes pour les importations agroalimentaires de l’UE, avec notamment une augmentation significative des importations de soja en provenance des États-Unis au cours du mois d’août 2018. Au cours des 12 derniers mois (septembre 2017 et août 2018), les exportations de sucre et de spiritueux et de liqueurs ont connu une bonne performance en ce qui concerne les exportations, les pâtes et les pâtisseries, les aliments pour nourrissons, les aliments pour animaux de compagnie, les eaux et les boissons non alcoolisées. Les exportations ont en revanche diminué pour le blé, le lait en poudre et la viande de porc. Les vins européens continuent de bien fonctionner sur les marchés internationaux.

Un récent rapport montre une augmentation des revenus dans le secteur agricole de l’UE
La Commission a publié un rapport général sur l’économie agricole le 19 octobre dernier qui montre que les revenus du secteur agricole de l’UE ont augmenté en 2014 et 2015, contrairement au recul observé en 2013. Une croissance particulièrement forte des revenus a été observée dans les secteurs de l’horticulture et du vin et dans les cultures permanentes (principalement des arbres fruitiers et à baies, des arbustes, des vignes et des oliviers). Cette tendance n’a toutefois pas été uniforme, le secteur des produits laitiers ayant enregistré une baisse des revenus pendant ces deux années, principalement en raison de la surproduction mondiale entraînant une baisse des prix. Les chiffres les plus récents mettent en évidence la grande diversité des structures et des systèmes agricoles au sein de l’UE et les différences considérables qui existent entre les secteurs et les États membres. Les paiements directs effectués au titre de la politique agricole commune constituent toujours un soutien important aux agriculteurs européens, puisqu’ils représentent en moyenne 30 % de la valeur de l’exploitation dans les 28 pays de l’UE en 2015. Il s’agit donc d’un soutien vital au revenu de millions d’agriculteurs.

172 millions d’euros pour la promotion des produits agroalimentaires
La Commission européenne apportera un financement de 172,5 millions d’euros provenant du budget agricole de l’UE pour promouvoir les produits agroalimentaires de l’UE en Europe et dans le monde. 79 campagnes couvrant une large gamme de produits tels que les produits laitiers, les olives et l’huile d’olive ou les fruits et légumes seront diffusées au cours des trois prochaines années.

Selon Phil Hogan, « Les programmes en question sont conçus pour aider les producteurs du secteur agroalimentaire de l’UE à communiquer sur la qualité de leurs produits afin d’en faire la promotion au sein de l’Union et d’ouvrir de nouveaux marchés. Ils comportent un certain nombre de priorités, par exemple mettre en avant la qualité des produits alimentaires européens grâce aux appellations d’origine géographique ou des méthodes de production biologique. »  Sur les 79 programmes approuvés, 48 ciblent des pays en dehors de l’UE. Certains secteurs de produits sont fortement représentés. Par exemple, 23 programmes sont consacrés au secteur des fruits et légumes. On compte parmi les autres secteurs celui des fromages et des produits laitiers.

Les États-Unis sont le principal fournisseur de graines de soja de l’UE
La Commission européenne a publié aujourd’hui les derniers chiffres sur les importations de graines de soja dans l’UE ; ceux-ci attestent que les États-Unis sont devenus le principal fournisseur de l’Europe, avec une part de marché de 52 % contre 25 % l’année dernière à la même période.