Accueil Régions Régions

Régions

Occitanie – Arrachage d’un verger à la Sica Les vergers de Mauguio (34) en réaction à la suppression du dispositif TO-DE d’allègement des charges.
En arrachant deux hectares de pommiers de la Sica Les vergers de Mauguio à Mudaison dans l’Hérault, les producteurs de pommes n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement suite à l’annonce par le Premier Ministre de la suppression au 1er janvier 2019 du dispositif d’allégement de charges spécifiques pour les saisonniers agricoles TO-DE (Travailleurs occasionnels – demandeurs d’emplois). Cette mesure prévue par le gouvernement dans son projet de loi de finances « condamne à la faillite les producteurs français de pommes et de poires » selon l’Association nationale pommes poires (ANPP) qui représente un peu plus de 1 300 producteurs. L’ANPP ajoute que le coût du travail saisonnier en France est déjà 37 % plus cher qu’en Italie et 27 % plus cher qu’en Allemagne. La suppression du dispositif TO-DE entrainera une hausse de 2 500 euros/ha/an du coût du travail saisonnier a précisé Josselin Saint-Raymond. Le directeur de l’ANPP a ajouté qu’une simulation réalisée sur 50 exploitations fruitières en tenant compte de la suppression du dispositif TO-DE mène les 50 exploitations à un exercice déficitaire. Selon lui, 90 000 emplois seraient menacés avec la suppression du dispositif.

Occitanie – Le Commissaire européen à la santé s’est rendu dans l’Aude pour échanger sur l’étiquetage avec les Caves coopératives et les Vignerons indépendants.
Les Vignerons coopérateurs et les Vignerons indépendants ont reçu Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la Santé et à la sécurité alimentaire, le 3 septembre dernier dans l’Aude à l’Union Coopérative des Vignobles de Foncalieu et au Château La Grave. Cette visite a permis de comprendre les enjeux et les contraintes de la production en matière d’étiquetage nutritionnel et des ingrédients.
En mars dernier, afin de répondre à la demande de la Commission européenne relative à l’information du consommateur, le monde du vin européen a fait le choix d’une solution moderne qui répond à une double nécessité : bien informer les consommateurs et permettre à tous les acteurs du secteur, y compris aux plus petits, de mettre en place ce nouveau dispositif. Vytenis Andriukaitis est venu sur le terrain rencontrer les représentants de la production, vignerons indépendants et caves coopératives, pour comprendre les difficultés liées à l’étiquetage des vins et aux spécificités du secteur, et discuter de la meilleure façon de fournir ces informations aux consommateurs de nos différents marchés. Thomas Montagne, Président des Vignerons Indépendants, et Thierry Coste, Président du Groupe Vin du Copa/Cogeca, ont ainsi pu montrer au Commissaire et à ses équipes toute la complexité de la production du vin, de son conditionnement et de son étiquetage, en fonction des types de produits, des différentes cuvées élaborées et des marchés visés. Ils ont par ailleurs rappelé le caractère évolutif de ce produit vivant qu’est le vin. Thomas Montagne a également rappelé que « Les petites et moyennes entreprises sont la colonne vertébrale de la production de vin en Europe. Elles représentent plus de 90 % du marché. Ces entreprises viticoles contribuent de façon significative au développement rural, social et économique de plusieurs régions à travers l’Europe.
Vytenis Andriukaitis, qui ne connaissait que très peu la logistique des domaines viticoles et des coopératives, était satisfait de sa visite : « J’ai demandé aux professionnels de travailler sur une proposition d’autorégulation dont l’objectif est de fournir aux consommateurs les informations nutritionnelles dont ils ont besoin pour faire des choix en toute connaissance de cause. Je suis ici pour mieux comprendre la proposition qui m’a été remise en mars dernier. Je m’engage à travailler main dans la main afin de trouver une communication utile et transparente pour les citoyens. »
(Source : vignerons indépendants)