Accueil À la une Le compte mitigé de l’agriculture en 2017

Le compte mitigé de l’agriculture en 2017

La version provisoire du compte de l’agriculture de la nation pour l’année 2017 a été publiée le 5 juillet dernier par l’Insee. C’est un compte hétérogène car la valeur de la production se redresse, mais ne retrouve pas son niveau de 2015.
Selon les chiffres des comptes de l’agriculture, la valeur de la production hors subventions de la branche agricole sur les produits s’est redressée en 2017 (+ 3,2 %), mais elle n’a pas effacé sa chute de 2016 (- 6,4 %). S’agissant de la production végétale, elle a augmenté de 1,9 %, cependant, la baisse des prix a atténué la forte remontée des volumes. La récolte de céréales explique en grande partie cette évolution car elle succède à une année 2016 marquée par des récoltes catastrophiques. À l’inverse, déjà à la baisse en 2016, le volume de vin produit a diminué nettement en 2017 du fait de conditions météorologiques défavorables.

Dans la plupart des productions le prix est à la baisse, notamment pour la pomme de terre et la betterave. En revanche le prix du vin continue sa progression et la valeur de la production animale s’accroît nettement (+ 5,7 %) car si les volumes continuent d’être à la baisse, les prix se sont fortement redressés. Cette hausse des prix s’observe dans la majorité des productions, en particulier pour le lait (+11,3 %) du fait d’une demande dynamique et d’une production en baisse au niveau mondial.

S’agissant des consommations intermédiaires de la branche agricole, elles ont diminué de 1,8 % en valeur. Quant à la valeur des intrants, après avoir atteint un point haut en 2013 elle continue de décroître. Enfin, les études montrent que l’allègement de la facture des agriculteurs provient principalement des achats d’engrais et de l’alimentation animale.

La valeur ajoutée brute de la branche agricole a augmenté de 11,4 % en valeur en 2017. Quant aux subventions d’exploitation, elles se sont élevées à 8,0 milliards d’euros et ont accusé une baisse de 124 millions par rapport à 2016. L’administration explique ce repli principalement par celui de l’aide découplée. Enfin, la valeur ajoutée brute au coût des facteurs a progressé de 8,2 % en 2017.

Le volume de la production agricole est en hausse en 2017 (+ 3,3 %) sans toutefois effacer sa chute de 2016 (- 6,1 %). C’est vrai pour les productions végétales qui se redressent en volume. En revanche, les chiffres montrent que le volume de vin produit poursuit sa baisse. Quant aux productions animales, elles enregistrent un nouveau recul en volume. Dans l’ensemble, le prix hors subventions est quasiment stable. Selon l’Insee, il reflue pour les productions végétales, particulièrement pour le maïs, les protéagineux, la betterave et les pommes de terre. Le prix des productions animales augmente pour la première fois en quatre ans. En particulier, le prix du lait qui augmente nettement, après deux années de crise. En conclusion, la valeur de la production hors subventions se redresse (+ 3,2 %) après son repli marqué en 2016 (- 6,4 %), mais sans retrouver son niveau de 2015.

(Source Insee)