Accueil Brèves de Niouzes Brèves de Niouzes

Brèves de Niouzes

La FNAB change de président

Guillaume Riou est le nouveau président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB). Il a été élu à l’occasion de l’Assemblée générale qui s’est tenue les 10 et 11 avril 2018 à la Pommeraye (49). Il succède à Stéphanie Pageot, première femme présidente élue en avril 2013.

1,1 milliard pour la Bio

Les producteurs bio engagés dans le réseau FNAB sont satisfaits du soutien public de 1,1 milliard d’euros sur 5 ans pour la conversion en agriculture biologique. Cependant, la FNAB s’interroge sur les modalités financières de ce soutien, notamment concernant les 630 millions d’euros annoncés sur le Feader alors que selon elle, il ne reste aujourd’hui que 40 millions d’euros disponibles sur ce budget européen jusqu’en 2020.

Un nouveau directeur au CIVR

Nicolas Ponzo quitte l’AOC Costières de Nîmes dont il était à la tête depuis quatorze ans et devient le nouveau directeur du Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR). Il prendra ses fonctions le 11 juin prochain. Il succèdera à Gérard Sanson.

La concertation sur la prévention s’ouvre à la viticulture

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, ont ouvert la concertation sur la prévention avec les professions viticoles le 12 avril dernier. Cette rencontre s’est inscrite dans le cadre de l’ambition du Président de la République d’opérer en France la « révolution de la prévention », s’agissant notamment d’améliorer la lutte contre les addictions et prévenir les dommages sanitaires.

Le bilan insoutenable des céréaliers

L’Association générale des producteurs de blé (AGPB) fait état « d’un bilan insoutenable », a annoncé Philippe Pinta le 17 avril dernier à l’occasion d’un point presse à l’issue du conseil d’administration de l’AGPB, « nous déplorons des mesures très coûteuses pour les céréaliers. » Entre transferts financiers dans le cadre de la Pac, réduction des phytosanitaires ou encore séparation de la vente et du conseil, « ce sont 2,3 milliards d’euros de charges supplémentaires qui pèsent potentiellement sur les producteurs », a déclaré le président de l’AGPB.

La Fraise du Périgord fait son label

Dans le cadre de la campagne européenne « L’Europe signe les produits de ses terroirs » qui met à l’honneur les AOP-IGP, La Fraise du Périgord fait sa communication sur son label IGP dont elle est détentrice depuis 2004, et qui en fait la première fraise d’Europe reconnue par ce label.

Diagnostic électrique en élevage laitier

Les courants électriques parasites peuvent être source d’inconfort et même de stress pour l’animal, et par conséquent pour l’éleveur. Des animaux plus agités, des temps de traite allongés, des vaches qui se couchent dans les couloirs et « désertent » certaines logettes par exemple, peuvent laisser suspecter la présence de courants électriques parasites sur l’exploitation. Conscient de ce problème, le Cniel a œuvré à la réalisation du guide « Diagnostic électrique en élevage laitier » pour harmoniser les conseils et proposer un outil de référence.

Les 1er vignobles pilotes Vin de France dans l’Aude

La dénomination nationale Vin de France se positionne comme un potentiel de développement de la viticulture française pour une production française qui ne répond plus en volume au grand export. L’Association nationale interprofessionnelle Anivin de France a annoncé courant avril la mise en oeuvre de vignobles innovants, éco-responsables et rentables pour répondre à cette progression constante moyenne de +10% annuelle sur les marchés internationaux. Vin de France s’inscrit désormais comme une dénomination nationale complémentaire aux dénominations AOP et IGP dédiée aussi bien aux PME et aux TPE qu’aux grands groupes. Les premiers vignobles seront plantés dans l’Aude dès 2018. Le partenaire technique est l’IFV.